Warning: Declaration of Imbalance2_Walker_Nav_Menu::start_lvl(&$output, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /homepages/6/d332887705/htdocs/wp-content/themes/imbalance2/functions.php on line 102

Warning: Declaration of Imbalance2_Walker_Nav_Menu::end_lvl(&$output, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::end_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /homepages/6/d332887705/htdocs/wp-content/themes/imbalance2/functions.php on line 102
« Moi, Julienne David, corsaire nantaise jamais soumise » selon Eric Simon | Exaequo'Blog

« Moi, Julienne David, corsaire nantaise jamais soumise » selon Eric Simon

Thérèse André-Abdelaziz est une auteure pleine de ferveur et d’intensité. Les Nantais qui s’intéressent à l’histoire de leur ville et de celles ou ceux qui l’ont traversée ne pourront plus, après la lecture de ce livre, passer dans Chantenay, sur le port ou du côté de l’Hôtel de Ville, sans éprouver une pensée, une émotion particulières à l’évocation de cette femme corsaire, Julienne David née à Saint-Mars-Du désert en 1777 (ou 1773, la date est incertaine) et morte à Nantes en 1843. Nous connaissons en réalité peu de choses de cette femme corsaire, même si elle a bien sa rue, quoique avec des dates erronées, dans le quartier de Chantenay à Nantes. Thérèse André-Abdelaziz travaille depuis plusieurs années sur ce personnage historique extraordinaire. Elle a exploré de nombreux documents, frappé à de multiples portes et étendu ses recherches de façon attentive et minutieuse, de Nantes à Saint-Mars-du-Désert ou même de façon encore plus surprenante à la Russie. Elle a trouvé des traces. Mais comment, à partir de ces traces infimes recréer l’itinéraire de tumulte et de passion, d’aventure et de douleur aussi, d’un tel personnage ?
Thérèse André-Abdelaziz a eu une idée de composition tout à fait judicieuse et lumineuse : elle fait parler la maison qui détient peut-être son secret, celle de la rue de la Commune, à Nantes, et qui a abrité les dernières années de sa vie. La maison, comme dernier vestige tangible qui porte l’empreinte de ses murmures, de ses cris, de sa mémoire. Ainsi avons-nous moins affaire à une biographie historique sans doute impossible, mais à une véritable épopée poétique et lyrique, infiniment sensible, d’une femme combattante qui a survécu à ce que de nombreux hommes de son époque (fin XVIIIème – début XIXème) surmontaient difficilement. Cette épopée haletante fait évidemment signe encore aujourd’hui. Julienne David aurait dû mourir des dizaines de fois. Elle meurt plusieurs fois, mais renaît toujours, ce qui lui permet aussi de se raconter, de chanter dans les tavernes du port et de marquer les souvenirs. Elle se déguise en homme, elle n’a pas le choix, et cela ne la protège qu’un moment. Son destin semble se constituer en permanence sous l’ambivalence du sacrifice et du défi au monde comme il va. Quelle est la part de l’intention volontaire dans cet accomplissement dont les limites se repoussent à chaque pas? Une force est à l’oeuvre, héroïque et familière, ancrée dans une permanence d’un certain instinct populaire, qui fend les siècles. Thérèse André-Abdelaziz nous ouvre à l’intimité de Julienne David, cette personnalité duelle qu’elle revêt pour continuer à lutter et à vaincre l’abominable. Ce livre, d’ailleurs, ne laisse pas le lecteur, la lectrice, en paix. Il lui communique son tourment, une révolte des profondeurs, une puissance de vie et de vitalité qui parfois a quelque chose de presque inhumain tant on se dit que le courage nécessaire qu’il a fallu à cette Julienne/Jacquot paraît hors de portée. Pourtant, rien ne semble inventé. Thérèse André-Abdelaziz écrit et raconte aussi en témoin. Son travail documentaire sur la vie à bord des bateaux de l’époque, la condition des captifs des pontons, par exemple, nous restitue une réalité qui aide à prendre la mesure de ce qu’a pu être le destin de cette femme au coeur vaillant, dans le cousinage et le voisinage si fascinant des Surcouf, Bart ou Cassard…

Éric Simon 2012
Responsable des cafés littéraires et interventions poétiques à l’Université permanente de Nantes
Poète, compositeur et chanteur qui lit et chante Rimbaud, Verlaine, Armand Robin et bien d’autres encore, dont les Sonnets de Joachim Du Bellay prochainement.